Quoi de plus pérenne qu’un livre ?

- Un organisme national et d’intérêt général, l’APA (Association pour l’autobiographie), travaille quotidiennement au recueil de mémoires afin d’alimenter "l’histoire officielle". Régulièrement, cette association demande aux particuliers s’ils veulent transmettre gracieusement des écrits de mémoire à valeur culturelle ou historique, afin d’opérer un travail de recoupements sociaux et historiques. Une biographie permet cela aussi, elle sert donc l’intérêt général.

- Les traces écrites ont l’avantage de garantir lecture et transmission aisée et non déformée, à la réserve près qu’un témoignage est forcément subjectif et que le temps a pu le distordre…

- Qui peut dire si nous pourrons lire demain les enregistrements électroniques, et où seront ceux plus virtuels qui hantent aujourd’hui un quotidien en constante évolution sur le sujet ? Notre activité de biographes, qui aboutit toujours à un livre, s’inscrit donc dans les principes du développement durable !